Être heureux, ça se mérite ! Euh, non, pas du tout. Ca s’apprend !
Ce n’est pas une question de chance, ni d’efforts démesurés et la psychologie positive peut vous aider.

Qu’est-ce que la psychologie positive ?

Je dirais que c’est une façon différente d’appréhender la vie.

Elle s’appuie bien sûr sur les bases de la psychologie traditionnelle, c’est incontournable pour comprendre comment l’humain fonctionne.

Ce point de vue différent, c’est de s’appuyer sur le positif : d’abord en vous, en exploitant vos capacités, vos ressources propres, et ensuite à l’extérieur, juste en changeant de point de vue.

Ça a l’air très facile, n’est-ce pas ? et bien, à part le fait que cela demande un entrainement, oui, c’est facile !

D’où vient la psychologie positive ?

Martin E. P. SeligmanLa psychologie positive est une discipline de la psychologie fondée officiellement en 1998 lors du congrès annuel de l’Association américaine de psychologie par son président de l’époque, Martin E. P. Seligman.

anecdote : Le déclic lui est venu dans un avion, en discutant avec un chef d’entreprise. Celui-ci expliquait la créativité et l’optimisme de ses employés. Cela a bien questionné Seligman, alors chercheur en psychologie sur les facteurs de dépression, notamment le sentiment d’impuissance. Le chef d’entreprise lui a alors suggéré de regarder par l’autre bout de la lorgnette : quelles sont les personnes qui ne renoncent pas et pourquoi ?

L’aventure de la psychologie positive avait commencé.

En quoi cela consiste-t-il ?

Ce changement de point de vue c’est : au lieu de se focaliser sur l’origine des problèmes et les raisons du mal-être, de considérer ce qui favorise l’optimisme et les raisons du bien-être.

Ce n’est pas le même objectif que la psychologie traditionnelle : elle aide les personnes qui vont mal à aller mieux. La psychologie positive aide les personnes à aller encore mieux, quel que soit leur “niveau” de bien-être au départ.

Cela consiste en des prises de conscience :

    • Où j’en suis?
    • Qu’est-ce que je cherche ?
    • Qu’est-ce que le bonheur pour moi (hé oui, tout le monde n’en a pas la même définition !)
  • Qu’est-ce qui me rend heureux ?

Des exercices pratiques y sont associés et vous guident à obtenir ce changement de point de vue pour trouver votre bonheur.

L’un de ceux que j’utilise le plus souvent est celui des “3 kifs par jour” de Florence Servan-Schreiber. Il s’agit de noter (dans un joli petit carnet qui vous plait) vos 3 plaisirs de la journée.

Pourquoi ça marche ? Parce que cela modifie votre regard sur vos journées. Vous focalisez sur vos rayons de soleil et cela change tout !

Et petit à petit, vous nourrissez vous-même votre joie.

Francine Lamboley

Logo Iosila Sophrologie

Inscrivez-vous à ma lettre d'information

Recevez ma newsletter pour être informé de mes prochains ateliers et cours de sophrologie.

Merci de votre inscription !